BALLADE URBAINE ET POETIQUE SUR FOND MELANCOLIQUE… MAIS PAS TROP
Avril 2016

 

On peut passer 100 fois devant un lieu, tous les jours, sans y faire attention. Puis un jour la photo s’impose. Parce-que ce jour-là, on est plus attentif, parce-qu’une lumière particulière viendra dessiner des détails. Pour la photo des trois tours de Grenoble, j’y suis passée devant pendant 20 ans, en les trouvant moches, avant de commencer à faire attention, à les reconsidérer. Parce-que j’étais plus attentive, je ne sais pas… J’avais aussi une expo de prévue, et rien à exposer! Sous les tours, le sujet s’est imposé de lui même. Comme si l’appareil était le prolongement de toi, sans aucun filtre avec l’inconscient. Comme s’il ouvrait une porte…

On perçoit toujours un lieu différemment, et de façon plus sensible quand on a un appareil entre les mains.